Site Meter

27 août 2006

Merry-go-round

Un tour sur les pitichévodébois ? Y a qu'à cliquer :





Les forains : jolies notes par Telex, jolie voix par Candy Cane.

Et le boniment :

Merry-go-round
Stuck in outdated savors
Of used annoying pleasures
You hold a frozen sight
I bet you didn't give a try

And now you look at your back
To be sure to come in last
You moan before the start
Light touching has never been so sharp

And now you stare into space
Awaited look on your face
You cry before ending
In case you would get to enjoying

And now you look like you're dead
An on and off nodding head
Trapped in a tourniquet
Happily following insane ways

And stuck in empty colors
Of fucking rotten pictures
You hold the rope to hang
I bet that you don't give a damn


23 août 2006

A name you can't trust



Dans la série les bonnes séries américaines comme on aimerait en voir plus souvent, on a "Profit". Jim Profit, ze héros, n'a rien d'héroïque : c'est un executive d'une world company, il est sociopathe, probablement psychopathe. Il ne semble pas ressentir grand-chose, il est surtout très doué pour manipuler les gens et éliminer, au propre comme au figuré, ceux qui le gênent dans ses projets. Ah oui, et il dort dans un carton.
Cette série, diffusée en 1996 aux États-Unis, a été un échec total, malgré les excellentes critiques. L'amoralité omniprésente n'a pas beaucoup plu au public américain, et dès la diffusion du pilote, les scores d'audience chutaient à chaque nouvelle scène jugée un peu trop limite. Comme celle où une femme, genre pouff sur le retour, accueille Jim dans son bureau en l'embrassant à pleine bouche : le "Hi, Mom" faisant suite au baiser fougueux, c'était un peu trop, semble-t-il. C'est vrai, quoi, on ne couche pas avec sa mère. Et on ne tue pas son père, non plus… entre autres joyeusetés du même acabit. Bref, seulement une saison avec huit épisodes, et c'est bien dommage.
En revanche, la diffusion française en 1997 a très bien marché.


17 août 2006

Part U-bend

Et si on changeait de radio ?

# Bowie - The man who sold the world (scrouiiik, scrouiiik)
# IOM - Love, an implosion (en attendant le prochain album, avec p'têt un ou deux textes de votre serviteur)
# Goldfrapp - Ride a white horse
# The Pipettes - Your kisses are wasted on me (rien que pour faire plaisir à Jake)
# Martin Gore - Smile in the crowd
# Merz - Warm cigarette room
# Molko - Bubblegun (c'est d'un classe…)
# Dylan - Blowin' in the wind (rien que pour faire plaisir à Ze F)
# Portishead - Undenied
# Dead Can Dance - The cardinal sin
# Sinead O'Connor - Jackie
# Elfman - The cemetery (BO Batman Returns)
# Beethoven - Symphonie n°7 en la majeur II Allegretto (ça lui arrive de faire des trucs bien)
# Allegri - Miserere (si si, écoutez jusqu'au bout, ça vaut le coup)


13 août 2006

Graciously Mouthed

Becomingly
Long-lasting move
Where silently
Skins ended blue
Safe fickleness gave birth to
Freaks and fallacies
Persistence slid down
Graciously mouthed

Feels dragged themselves
Out of the shell
Crazed underneath
A little vague
As it pleased

Fooled eyes would see
Close halfway
Still out of reach
Until defeated
A writhing puppet
Would stand there
To disclaim
A few salt tears


08 août 2006

So long, Honey

So long, honey
You'll soon be gone
What can you think about, now
I got it wrong

So long, honey
Hold your sweet tongue
Now I'm thinking about you
Don't tell me wrong

So long, honey
Have you seen one
I'm staring at golden glints
Drowned in a pond

So long, honey
A tiny con
No need to say you're sorry
Tunes will play on

So long, honey
It won't be long
So don't worry about me
I think I'm gone


06 août 2006

Sing Dylan Sing

Si Dylan a des millions de fans dans le monde, c'est probablement parce qu'il est capable, après s'être pinté copieusement (du moins est-ce mon hypothèse) pendant que ses potes lui rendaient hommage (30th Anniversary Concert, 1992), de monter sur scène et de… euh... chanter ?





[La même avec l'image en plus (format mpeg, 32 Mo) ici]

02 août 2006

Clouds and politics, Season 2, Episode 3 & 4/4

Les deux derniers épisodes d'un coup, comme à la télé, d'autant que le dernier est assez court :
Realpolitik, part 3
Realpolitik, part 4

(et comme certains d'entre vous le savent, c'est pas trop la patate fringante en ce moment, donc je fais comme Arty et me mets en vacances de blog)

Clouds and politics, Season 2, Episode 2/4

La suite de ce qui précède :
Realpolitik, part 2